Rapport sur le partenariat et les recommandations Alitalia-Etihad

Words: 1893
Topic: Fallstudie

Introduction

Alitalia est la plus grande compagnie aérienne en Italie, avec une capacité de part de marché de 24% dans la région. Le transporteur exploite des services de réseau nationaux et régionaux en Italie, en Europe et dans les aéroports internationaux. Cependant, la compagnie aérienne enregistre des pertes depuis 2009, date à laquelle la nouvelle compagnie a vu le jour après que des investisseurs financiers et des industriels italiens aient acquis des actifs appartenant à l’ancienne Alitalia en raison de sa faillite.

En 2012, Alitalia a enregistré une perte massive de 280 millions d’euros, portant sa perte cumulée à 483 millions d’euros depuis la création de la nouvelle Alitalia en 2009 (Alitalia, 2014). En tant qu’entité privée, Alitalia doit être en mesure de faire des bénéfices ou de se retrouver évincée du marché/de l’industrie par ses concurrents féroces. Les détails financiers de la compagnie aérienne indiquent qu’elle a dû emprunter de l’argent en 2013 auprès de ses actionnaires afin de financer ses coûts opérationnels (Alitalia, 2014).

Les opérations se sont améliorées depuis 2009, ce qui a conduit à une hausse des coefficients d’occupation, à une amélioration de la ponctualité, ainsi qu’à un important processus de remplacement et de rénovation de la flotte ; l’investissement dans les flottes et l’innovation technologique ont été la raison du succès de nombreuses compagnies aériennes dans ce secteur concurrentiel (Curran, Verhagen, Ghijs, Ghobbar, & Zwan, 2010). Cependant, tous ces changements positifs n’ont pas réussi à influencer le redressement financier d’Alitalia. Son coût sur le marché a été compétitif par rapport aux transporteurs de réseau à service complet, mais elle reste une compagnie aérienne à coût élevé sur les vols de courte distance par rapport à ses concurrents (CAPA Global Aviation Industry Outlook, 2013).

Des pertes énormes, les problèmes de leadership actuels et la faillite sont les principaux défis auxquels la compagnie aérienne continue de faire face, même si elle tente d’améliorer ses opérations depuis 2013. Bien que la dette puisse être considérée comme une source viable de capitaux en raison de ses avantages fiscaux, l’excès de dette par rapport aux capitaux propres dans le cas d’Alitalia a démontré les problèmes financiers de la compagnie aérienne qui ont été précipités par un fonds de roulement inadéquat. L’effet de ce lourd emprunt a été la détérioration de la position de liquidité en raison des faibles flux de trésorerie opérationnels (Clougherty, 2002).

Le prix du carburant a également eu des effets dévastateurs sur les coûts des vols d’Alitalia, tout comme pour l’ensemble du secteur aérien (Curran et al., 2010). L’augmentation du prix du carburant a fait augmenter de manière significative les dépenses d’exploitation à 160 millions d’euros. Alitalia a remarqué que le prix moyen du pétrole a augmenté de 40%, passant de 78 dollars US par baril à 108 dollars US par baril (Alitalia, 2014). Le changement des prix du carburant a provoqué une augmentation de la dette pour la compagnie, qui envisage de meilleures stratégies pour réduire ses coûts opérationnels.

En outre, des querelles de leadership avaient mis Alitalia en faillite, la direction étant incapable de payer ses employés. Ce problème s’est poursuivi de 2004 à 2008, lorsque la compagnie a décidé de conclure un partenariat avec des compagnies aériennes internationales afin d’enrayer les difficultés financières qui avaient vu la compagnie presque s’effondrer. Dans le cadre de cet accord, certaines conditions ont été revues avant que de nouveaux propriétaires et de nouveaux dirigeants ne reprennent la compagnie.

Alitalia a connu une croissance de sa capacité en passagers de 11% de 2009 à 2012, et une baisse en 2012 de 1,3%. Ses facteurs de charge ont augmenté de manière drastique, correspondant à un chiffre de 74,6% en 2012, contre 65% en 2009 (Alitalia, 2014), allant ainsi dans la bonne direction en essayant de satisfaire la demande du marché. Malgré ces chiffres, les facteurs de charge d’Alitalia ont continué à la tirer en dessous du taux moyen de 79,1% pour 2012 (Alitalia, 2014) en raison de la forte capacité de transport dans les canaux de voyage locaux. Bien qu’Alitalia ait connu une tendance à la hausse au cours des 4 dernières années, son projet de partenariat avec Etihad, qui verrait cette dernière prendre le contrôle d’Alitalia à hauteur de 49%, serait significatif pour redresser la compagnie aérienne vers une rentabilité durable (Jones, 2014). Cela renforcera sa progression vers son objectif d’être parmi les principales compagnies aériennes en Europe.

Impact du partenariat entre Etihad et Alitalia

Il est important de comprendre que l’industrie du transport aérien est l’une des industries les plus compétitives en raison de la présence de nombreux acteurs avec des transporteurs à bas prix (Cento, 2008). Cette situation a forcé de nombreuses entreprises à mettre en place des stratégies visant à améliorer leur compétitivité, et plusieurs d’entre elles préfèrent conclure des alliances stratégiques (Hunt, Lambe & William, 2002). En règle générale, le partenariat avec la compagnie aérienne Alitalia présente divers avantages et inconvénients, comme indiqué ci-dessous.

Un partenariat avec la compagnie italienne permettra à Etihad airlines de renforcer sa troisième position en termes de parts de marché sur le marché mondial du transport aérien, car elle prévoit d’améliorer le nombre de vols clients et de points de destination à l’international (Clark, 2014). Cela lui permettrait de générer plus de revenus pour pouvoir acquérir une flotte plus importante et s’étendre dans son horizon de marché (Cento, 2008). À son tour, Alitalia airlines sera en mesure d’acquérir un approvisionnement adéquat en ressources de la part d’Etihad airlines afin d’enrayer leur crise de la dette actuelle et d’être en mesure de proposer de nouveaux plans et stratégies qui les aideraient à obtenir plus de ressources (Etihad and Alitalia airlines in ‘final phase’ of investment talks, 2014).

La plupart des vols italiens sont des vols intérieurs et leur capacité est supérieure à celle des vols internationaux. Il convient de noter que la route la plus importante de la compagnie en termes de capacité relie Rome à Milan Linate, tandis que d’autres routes intérieures clés relient Rome à d’autres bases comme Venise, Palerme, Turin et Catalia. Cela indique que le marché local en Italie est bien établi pour que les vols internationaux s’y aventurent.

Bien qu’étant la quatrième plus grande compagnie aérienne en Europe (Flak, 2014), Alitalia fait face à un important endettement depuis 2009, qui avait presque paralysé ses activités en Europe. Le résultat de cet énorme emprunt signifie qu’Etihad Airlines mettra de côté des fonds pour régler les pertes à long terme qu’Alitalia a subies avant de se lancer dans de nouvelles stratégies de croissance (Wensveen, 2012).

Alitalia est la plus grande compagnie aérienne en termes de capacité, avec une part de marché écrasante de 24% et une part de marché du groupe de 29% lorsqu’elle est combinée avec ses filiales telles que Air One et Alitalia Express. Ces chiffres reflètent l’énorme potentiel de croissance et de profits que la compagnie aérienne peut atteindre lorsqu’une bonne gestion et de bonnes politiques sont mises en œuvre malgré ses énormes dettes.

Ces dernières années, Alitalia a été impliquée dans des querelles de leadership au sommet qui ont forcé le gouvernement à retirer son aide financière à la compagnie aérienne, même s’il en était un actionnaire majeur. En général, les querelles internes font fuir tout investisseur potentiel désireux d’aider l’entreprise à surmonter ses difficultés financières, ce qui a fait stagner la compagnie aérienne pendant une longue période sans aucune croissance (Oum & Yu, 2012).

Le groupe Alitalia a effectué un grand nombre de vols en mars 2013, soit 140 vols, dont 10 Airbuses A320. La compagnie aérienne s’est lancée dans un processus de révision de sa flotte, les anciens vols tels que les Boeing 767 et MD 80 étant remplacés par de nouveaux vols de la famille A320 et A330 ; ce qui rend la flotte pré-dominante d’Airbus, Embraer et 777 (Alitalia, 2014). Etihad bénéficierait de ces atouts en matière de capital et d’investissement lorsqu’elle conclura un partenariat avec Alitalia.

Au fil des ans, le prix du carburant a augmenté, contribuant ainsi à la hausse des coûts opérationnels d’Alitalia. Il est donc difficile pour la compagnie de payer ses membres d’équipage et autres employés, ce qui l’enfonce davantage dans les dettes (Curran et al., 2010). Cependant, au cours des dernières années, la compagnie a essayé de trouver des stratégies pour réduire les coûts globaux de la compagnie. En arrivant sur le marché, Etihad devra apporter son expertise financière afin d’améliorer la stabilité de la compagnie.

Conclusion et recommandations sur le partenariat

Etihad et Alitalia Airlines peuvent tirer de nombreux avantages de ce partenariat, à condition de mettre en place des stratégies solides et efficaces pour contrer la concurrence des autres compagnies aériennes sur le marché. Cela leur permettra de réaliser de meilleurs bénéfices et d’accéder à un marché mondial plus vaste. Étant donné le taux de rotation élevé dans l’industrie du transport aérien, des stratégies appropriées aideraient ces entreprises à tirer parti des opportunités de croissance potentielles en se concentrant sur l’expansion planifiée et la diversification des opérations. Cependant, les deux entreprises devraient d’abord trouver une solution aux défis qui assaillent Alitalia.

Sur la base des informations de l’analyse du marché et des questions logistiques, il y a plus d’avantages potentiels à tirer du partenariat d’Etihad avec Alitalia Airlines. Etihad Airlines, étant un acteur dominant dans l’industrie du vol, peut profiter de l’opportunité de se diversifier dans l’énorme marché contrôlé par Alitalia Airlines malgré sa crise financière. Ce partenariat devrait se concentrer sur les avantages potentiels à long terme qui découleraient du fait que les deux entreprises investissent prudemment dans l’expansion et la diversification de leurs activités afin d’améliorer la rentabilité durable (Jones, 2014).

Liste de référence

Alitalia 2014. Web.

Perspectives de l’industrie aéronautique mondiale 2013 de la CAPA – À la recherche de certitudes dans un monde incertain 2013. Web.

Cento, A 2008, The Airline Industry : Challenges in the 21st Century, Springer, Londres.

Clark, N 2014, Etihad Airways Reports Jump in Profit as It Considers Stake in Alitalia, The New York Times. Web.

Clougherty, JA 2002, ‘US domestic airline mergers : the neglected international determinants’, International Journal of Industrial Organization, vol. 20, no. 1, pp. 557-576.

Curran, R, Verhagen, W, Ghijs, S, Ghobbar, A, & Zwan, F 2010, Air Transport and Operations : Proceedings of the First International Air Transport and Operations Symposium, IOS Press, Amsterdam.

Les compagnies aériennes Etihad et Alitalia dans la “phase finale” des négociations d’investissement 2014, BBC News. Web.

Flak, A 2014, Le PDG d’Alitalia dit qu’Etihad a besoin de trois-quatre semaines pour la diligence raisonnable, Reuters. Web.

Hunt, S, Lambe, J & William, M 2002, ‘A Theory and Model of Business Alliance Success,’ Journal of Relationship Marketing, vol. 1, no. 1, pp. 17-31.

Jones, Z 2014, ” Alitalia creditor refuses to restructure debt in Etihad talks “, Gulf News. Web.

Oum, T & Yu, C 2012. Winning Airlines : Productivité et compétitivité des coûts des principales compagnies aériennes mondiales. Springer London, Limited, Londres.

Wensveen, J 2012, Air Transportation : A Management Perspective, Ashgate Publishing, Ltd, Surrey.